Superstitions: quels effets sur la vie quotidienne?

Superstitions: quels effets sur la vie quotidienne?

En tombant sur la citation « Je ne suis pas superstitieux, ça porte malheur » (souvent attribuée à Jean-Paul Sartre, Jeanson ou encore Coluche), je me suis interrogée : La superstition serait-elle effectivement néfaste dans la vie de tous les jours ?

La superstition est, selon le Larousse, une « forme élémentaire et particulière des sentiments religieux consistant dans la croyance à des présages tirés d’événements matériels fortuits ». Il s’agirait d’une croyance irrationnelle, inexplicable par une démarche scientifique. A l’inverse de cette démarche, la pensée primitive considère que lorsque deux événements se produisent en même temps, l’un des deux est la cause de l’autre. Certains parlent alors de « pensée magique ».

Les superstitions font partie de notre vie quotidienne et remontent à la nuit des temps ; les hommes étant, en effet, désireux de connaître leur environnement et plus particulièrement, de le comprendre. La peur et l’ignorance seraient donc en cause dans l’apparition des superstitions. Cependant, comment expliquer leur maintien ? Alors que la peur irrationnelle du noir s’explique par le besoin ancestral de se protéger des prédateurs nocturnes invisibles dans l’obscurité, comment expliquer que certaines personnes refusent de passer sous une échelle ou considèrent que renverser une salière porte malheur ? Force est de constater que ces différentes « croyances » sont effectivement repérables quotidiennement dans nos faits et gestes mais également dans nos réflexions et prises de décision. Qui n’a jamais cherché après un trèfle à 4 feuilles, croisé les doigts ou touché du bois pour faire fuir le « mauvais sort » ? Bizarrement, depuis que j’ai émis l’idée d’écrire sur cette thématique, j’ai repéré davantage l’effet des superstitions sur notre culture et j’ai même eu l’impression d’y être confrontée constamment. Par exemple, si on prend l’exemple du chiffre 13, saviez-vous qu’aux USA, certains hôtels n’ont pas d’étage ni de chambre 13 ? En Asie, la peur du 13 est remplacée par celle du chiffre 4 (homophone en chinois du mot « mort »). Les pilotes de Formule 1 auraient peur du chiffre 13 depuis la mort de 2 pilotes portant ce numéro en 1925 et 1926 ; ce chiffre ne serait donc plus porté en F1 sauf si le pilote en fait la demande (tel que Pastor Maldonado cette année). On remarque également que de nombreux services hospitaliers n’ont pas de lit n°13, que Cancellara, un coureur cycliste, retourne son dossard quand il porte le numéro 13, que Stephen King ne lit jamais les pages 13 des livres ou encore, que le magazine Spirou n’a pas de page 13, celle-ci étant remplacée par la page 12bis.

Quel est le problème me direz-vous ?  Selon moi, le fait de croire ou non en toutes ces choses n’est pas fondamentalement un « problème » ; cela fait partie de notre culture et de notre inconscient collectif. Là où l’on peut percevoir un souci, c’est lorsque ces croyances atteignent des extrêmes. Par exemple, la peur du numéro 13 a donné naissance à sa propre phobie, la « Triskaïdékaphobie » ; celle du vendredi 13 s’appelle, quant à elle, « Paraskevidékatriaphobie ». Cette dernière irait jusqu’à faire perdre pas loin de 800 millions de dollars aux USA ; les vendredis 13 étant synonymes d’une baisse importante de la consommation étant donné que de nombreuses personnes n’osent pas sortir de chez elles.  La croyance irrationnelle dans les superstitions pourrait donc avoir un impact négatif sur la manière dont les individus conduisent leur vie. A l’extrême, elles peuvent devenir pathologiques en faisant perdre à l’individu son objectivité en prêtant à des faits et objets des pouvoirs surnaturels. Elles pourraient donc être destructrices en donnant naissance, par exemple, à des Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOCs).  De manière moins alarmiste, le fait de se sentir malchanceux après avoir cassé un miroir ou croisé un chat noir, crée une anxiété qui pourrait mener les personnes à rater plus de choses dans leur quotidien.

En période de stress, chaque individu a besoin d’un élément auquel se raccrocher afin d’évacuer ses angoisses. La superstition pourrait dès lors devenir un moyen de se rassurer. Cependant, s’en remettre à des forces invisibles peut également être un moyen de se déresponsabiliser. Freud, dans la « Psychopathologie de la vie quotidienne » (1901), considère que l’individu qui s’appuie sur des événements extérieurs indépendants de sa personne pour prendre une décision, fait appel non pas à une superstition mais à un « désir refoulé ». Les événements extérieurs serviraient donc à justifier une décision déjà prise inconsciemment par l’individu.

Cependant, soyons honnêtes, les superstitions populaires semblent majoritairement anodines et font davantage partie de notre folklore bien qu’un nombre limité de personnes connaissent leur origine ; finalement, très peu de gens y croient mais très peu prennent le risque de les bafouer. Peu de gens dans le monde approchent la vie d’une façon tout à fait rationnelle et chacun a besoin de se raccrocher à des « signes » pour pouvoir évacuer l’angoisse de la vie.  S’en remettre à des superstitions peut donner un sentiment de contrôle dans ce monde où beaucoup ne se sentent plus maîtres de leur destin. On pourrait parler d’un effet placebo positif de certaines superstitions : porter son t-shirt préféré lors d’un examen ou d’une compétition sportive pourrait augmenter le sentiment de contrôle et de confiance en soi et donc mener à de meilleures performances. Des psychologues allemands, Damisch et ses collègues (2010) de l’université de Cologne ont, par exemple, montré que des participants chez qui une superstition positive avait été activée, montraient de meilleures performances dans des tâches cognitives et motrices que des personnes chez qui aucun concept n’avait été activé. Il semblerait donc qu’activer une superstition de chance mènerait à une meilleure performance grâce à l’activation de la croyance en une meilleure habilité à réaliser des tâches difficiles. Cependant, qu’en serait-il d’une étude qui activerait une superstition négative ?

Finalement, malgré toutes ces histoires de phobies du vendredi 13, certaines personnes ne considèrent pas ce jour comme malchanceux, bien au contraire : tous les vendredis 13, la Française des Jeux enregistre 3 fois plus de joueurs.

En définitive, les superstitions constituent un fragment important de notre histoire et de notre culture et véhiculent des informations parfois intéressantes ; s’en remettre à elles ne conduirait pas à de lourdes conséquences, à condition que l’absence de « bons signes » n’implique pas l’échec pour l’individu…

Références :
Damisch, L., Stoberock, B., Mussweiler, Th. (2010). Keep your fingers crossed ! How superstition improves performance. Psychological Science, 21(7), 1014-1020.

Freud, S. (1901). Psychopathologie de la vie quotidienne. Paris, Editions Payot.

Larousse en ligne : www.larousse.fr

Discover : http://blogs.discovermagazine.com/notrocketscience/2010/06/07/superstitions-can-improve-performance-by-boosting-confidence/#.U-DZLRZX6VG

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>